L’appel à projet (Ré)-activer les savoir-faire locaux dans les territoires est ouvert jusqu’au 4 décembre.
Candidatez ici !

Agir

LAINAMAC, lauréat du Prix Terre & fils pour les savoir-faire en 2021. Retour sur un an d’accompagnement.

LAINAMAC est une association dédiée à la filière laine textile, lauréate en 2021 du Prix Terre & Fils pour les savoir-faire dans le cadre du concours Innover à la campagne. Retour sur un an d’accompagnement stratégique par Terre & Fils avec Géraldine Cauchy, Directrice générale et chef de projet chez LAINAMAC.

T&F : Bonjour Géraldine. Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Géraldine Cauchy : Je suis la Directrice de l’association LAINAMAC que j’ai rejointe en octobre 2010. LAINAMAC c’est une association de filière laine textile à l’échelle de la Creuse, dans le bassin historique de la tapisserie d’Aubusson. Les missions de l’association sont déclinées en 4 activités : la formation des entreprises, le développement économique, l’expertise matières et innovation, et la promotion de la filière et de ses savoir-faire auprès du grand public. Nous déclinons plusieurs projets pour structurer la filière : un centre de formation, des outils comme notre plateforme web « Lanathèque » qui nous permet de référencer les entreprises, leurs services et leurs matières, l’incubateur « Oh my Laine ! » qui accompagne les artisans sur leurs stratégies de marque et de marché. Par ailleurs, nous travaillons sur les enjeux de relocalisation des étapes de fabrication des produits, à commencer par le fil qui suppose un travail de revalorisation des laines de nos territoires. 

LAINAMAC c’est une association de filière laine textile à l’échelle de la Creuse, dans le bassin historique de la tapisserie d’Aubusson.

Géraldine Cauchy, Directrice de Lainamac

T&F : C’est un projet qui émane des acteurs du territoire. Quels sont-ils ?

GC : En effet, l’ambition de LAINAMAC relève à la fois du tourisme, des entreprises, de l’agriculture et ce sont tous ces acteurs qui ont impulsé ensemble ce projet en 2008 pour répondre aux enjeux que traversait la filière et lui donner les moyens de redynamiser le territoire par le textile. Avec la difficulté d’être à cheval sur plusieurs territoires : la Creuse, notre territoire d’implantation, le Massif central et la Nouvelle-Aquitaine. 

T&F : Comment vous êtes-vous retrouvée à devenir Directrice de LAINAMAC ?

GC : Rien ne me prédestinait véritablement à être porteuse de projet en territoire rural, pour la filière laine. J’ai fait des études d’urbanisme et j’étais plutôt vouée à travailler dans une métropole mais je me suis très tôt intéressée au développement local. Les savoir-faire étant un puissant levier de développement local sur notre territoire, c’est comme ça que je me suis retrouvée chez LAINAMAC.

Les savoir-faire étant un puissant levier de développement local sur notre territoire, c’est comme ça que je me suis retrouvée chez LAINAMAC.

Géraldine Cauchy

T&F : Aujourd’hui, quels sont les enjeux de LAINAMAC ?

GC : Nous sommes en pleine transition. Une transition parfois contrainte par les réformes de l’État en matière de formation professionnelle, et l’évolution de l’écosystème des métiers d’art qui se structure de plus en plus. Le monde de l’artisanat s’est également structuré et consolidé ces dernières années. Il y a une nouvelle génération d’acteurs, notamment dans la filière laine qui prend le relai des baby-boomers et, depuis le Covid, les PME connaissent également une croissance économique qui suppose d’attirer de nouveaux profils. L’essor de ces manufactures nous a encouragés à nous intéresser à de nouvelles thématiques qui étaient moins prioritaires il y a quelques années. À titre d’exemple, l’emploi est devenu un enjeu clé. Nous avons des profils spontanés d’artisans indépendants, mais moins au sein d’entreprises. L’artisanat est souvent motivé par une certaine liberté d’entreprendre, d’avoir sa propre structure et d’être son chef. Or, dans les manufactures nous avons aussi besoin de profils ouvriers qui manquent. Cette progression du secteur nous oblige, en tant que réseau d’entreprises et centre de formation, à monter en compétence sur de nouvelles thématiques pour mieux nous adapter et suivre cette progression. C’est là que l’accompagnement de Terre & Fils nous a été précieux.

T&F : À quel stade de développement étiez-vous lorsque vous avez commencé l’accompagnement avec Terre & fils ? 

GC : Lorsque nous avons été lauréat du Prix pour les savoir-faire de Terre & fils et Innover à la campagne, nous ne savions pas précisément quelle ambition donner à LAINAMAC en tant que petite structure en milieu rural. Malgré nos actions nombreuses, nous avions beaucoup d’hésitations sur notre échelle de travail. Nous sommes localisés en bordure à la fois de Creuse, du Massif central et de la Nouvelle-Aquitaine. Cet ancrage géographique nous permet de travailler sur plusieurs territoires en même temps, mais peut aussi rendre difficile notre positionnement et notre visibilité, à l’heure où de plus en plus d’acteurs sur le sujet commençaient à émerger.  Nous devions donc faire face à beaucoup de défis de façon simultanée et ce prix est arrivé à un moment charnière. 

T&F : Comment Terre & fils vous a accompagné ? 

GC : L’accompagnement de Terre & fils est arrivé à point nommé. Nous devions gagner en visibilité et préciser l’ambition à donner à LAINAMAC.

Ensemble, nous avons donc travaillé à la fois sur notre positionnement et notre modèle économique. Nous avons repris l’ensemble du diagnostic à l’échelle territoriale et nationale, notamment avec l’aide de Juliette Keohane, doctorante à Polytechnique en thèse CIFR chez Terre & Fils. Nous avons ensuite travaillé avec différents scenarii pour pouvoir déterminer quel était le plus juste pour LAINAMAC. Tout ce travail a été déterminant pour nous aider à nous positionner en tant que cluster sur la laine et le textile haut-de-gamme, et nous avons pu présenter à la région une stratégie de structuration et de coopération entre acteurs de la filière – cohérente au niveau territorial et avec une résonance nationale.

Tout ce travail a été déterminant pour nous aider à nous positionner en tant que cluster sur la laine et le textile haut-de-gamme, et nous avons pu présenter à la région une stratégie de structuration et de coopération entre acteurs de la filière – cohérente au niveau territorial et avec une résonance nationale.

Géraldine Cauchy, Directrice de Lainamac

T&F : Avez-vous bénéficié de l’écosystème de Terre & fils ? 

GC : Oui, absolument. Cet accompagnement nous a permis d’être connectés à un jeu d’acteurs à l’échelle nationale auquel nous n’avions pas accès.  Aussi, nous avons pu échanger avec de nombreux acteurs comme Xavier Roy, Président de France Cluster. Le travail en commun nous a également permis de poser les bases d’une stratégie partenariale à l’échelle locale, régionale et nationale. Ces différents axes ont été déterminants pour construire le LAINAMAC d’aujourd’hui et pour nous donner de la visibilité.  Et surtout, Terre & Fils nous a donné confiance. Confiance dans nos actions et dans nos ambitions. Ce qui est précieux, car lorsque l’on entreprend dans un territoire rural et isolé, nous n’avons pas toujours accès aux bons outils.

Terre & Fils nous a donné confiance. Confiance dans nos actions et dans nos ambitions. Ce qui est précieux, car lorsque l’on entreprend dans un territoire rural et isolé, nous n’avons pas toujours accès aux bons outils.

Géraldine Cauchy, Directrice de Lainamac